baines-mer-tendance-bassin-a-savoir-ocean-cap-ferret-arcachon
Découverte, Escapades / Week-end, Le saviez-vous ?

On réponds à vos questions sur… Les Baïnes

EN SAVOIR PLUS SUR... Les Baïnes

Synonyme de danger dans notre inconscient, les baïnes sont relativement méconnues. Comment se forment-elles ? Quels sont les dangers ? Jérôme Cougoul, océanographe, répond à nos questions sur les baïnes de notre région.

Jérôme Cougoul, Océanographe

Natif du bassin et surfeur, Jérôme est passionné par l’océan depuis son enfance. Il a grandi les pieds dans le sable et au rythme des marées. La question du danger des baïnes rentre très tôt dans son éducation. Aujourd’hui océanographe, il nous explique comment les baïnes se forment. Il s’est appuyé sur les travaux de son ancien professeur et maître de conférence, Denis Michel, du laboratoire bordelais EPOC (Environnements et Paléoenvironnements Océaniques et Continentaux). Jérôme est également co-fondateur d’Énergie de la lune, bureau d’études en océanographie spécialisé dans le domaine des énergies marines renouvelables.

Poste de secours, Bassin d’Arcachon

Question de sécurité oblige, le Poste de secours du Bassin d’Arcachon nous a fourni un complément d’information.

Peux-tu nous expliquer ce qu’est une baïne ?

JC : L’origine du mot baïne vient de l’occitan (Gascon) et signifie «petite bassine». Ces petites bassines ou cuvettes sont visibles à marée basse sur les littoraux sableux. En effet, les baïnes sont indissociables des bancs de sable (barre sableuse). Pas de banc de sable, pas de baïne !

Et concernant notre région, question stock de sable, nous sommes servis ! Le littoral aquitain, long de 230 km, est constitué de sable fin et d’un massif dunaire exceptionnel, de la Pointe de Grave au Nord, à la Pointe saint Martin au Sud. Ce littoral est quasiment rectiligne (orientation principale Nord / Sud) et est formé d’un système de plages et de dunes dont les caractéristiques varient du Nord au Sud.

Comment se forment-elles ?

JC : Les baïnes se forment au gré des vagues, des courants et du vent. Sur notre littoral, la plupart des baïnes ont une ouverture orientée vers le sud. Ceci est dû à plusieurs facteurs dominants : le vent de NW, les vagues orientées NW et le courant Nord-Sud. Il est également possible de trouver des baïnes avec des ouvertures vers le Nord mais elles sont beaucoup plus rares et souvent consécutives à du vent et des vagues venant du SW.

Ainsi, en règle générale, elles seront orientées parallèlement ou obliquement à la plage.

Quelle taille ça fait une baïne ?

JC : Les mensurations d’une baïne ne sont pas définies à l’avance. Le vent, les vagues, le courant sont des facteurs qui évoluent sans cesse selon les saisons. Elles peuvent atteindre 100 mètres de large et 4 à 5 mètres de profondeur.

Les Baïnes ne sont donc jamais les mêmes d’une année sur l’autre ?

JC : Exactement. Comme expliqué au-dessus, les facteurs de formation des baïnes sont très changeants d’une année sur l’autre. Les houles fortes d’hiver, liées aux tempêtes, très changeantes d’une année sur l’autre, vont « casser » les bancs de sable et donc les baïnes. Ce sable va alors migrer vers le large, créant un aplanissement du banc et une érosion de la plage. À l’inverse, en phase de beau temps, le sable va migrer vers la côte. Le stock de sable va alors augmenter, on parle d’accrétion (inverse d’érosion) , et petit à petit, le système barre – baïne va se reformer.

Du coup les spots de surf changent aussi ?

JC : Oui, les vagues que nous surfons sur notre littoral déferlent sur les barres sableuses ! La migration des baïnes induit la migration des spots de surf.

“ La goutte d’eau séparée de l’océan peut trouver un repos momentané, mais celle qui est dans l’océan ne connaît pas de repos...” Gandhi - Lettres à l’Ashram

Peut-on trouver des baïnes partout dans le monde ou est-ce un phénomène propre à nos côtes ?

JC : Oui, il est possible de trouver des baïnes partout dans le monde, sur des littoraux sableux qui rassemblent les conditions de formation citées ci-dessus. A rajouter à cela, elles se développent plutôt dans des plages sableuses à faible pente. Les côtes sableuses représentent 1/3 des rivages dans le monde (» 200 000 km de linéaire).

La finesse de notre sable intervient dans ces mouvements ?

JC : Effectivement, la finesse de notre sable le rend plus facile à être transporté et donc à migrer selon les saisons !

Pourquoi les baïnes sont-elles dangereuses ?

Poste de secours : Principalement à cause du courant de baïne, surtout quand il y a beaucoup d’eau. C’est vraiment quand il y a une bonne quantité d’eau que les baïnes deviennent dangereuses.

Qu’est-ce qu’un courant de baïne ?

PS : On l’appelle aussi courant de refuite. C’est un fort courant qui est créé par l’eau qui cherche à sortir de la cuvette. Il a pour particularité d’être plus puissant au niveau des jambes qu’en surface, ce qui peut être très surprenant et surtout très déstabilisant ! Il faut bien garder à l’esprit que ce courant longe d’abord la côte, puis une fois arrivé à la sortie, vous entraîne vers le large.

Concrètement, que se passe-t-il ?

PS : Et bien à marée montante, l’eau commence à se rapprocher du bord de la plage et à remplir petit à petit la fameuse petite « bassine ». Jusque-là pas de problème et c’est même agréable de s’y baigner car l’eau est plutôt chaude. Ensuite les vagues commencent à se rapprocher et à passer par-dessus la langue de sable, remplissant la bassine. L’eau déjà présente dans la petite bassine se retrouve poussée vers la sortie. Elle ne peut ni ressortir par-dessus la langue de sable (bloqué par les vagues qui entrent et par la hauteur du sable), ni avancer vers la plage (bloquée par la pente naturelle). Toute cette quantité d’eau se met donc à longer la côte pour se diriger vers la sortie en créant un fort courant de refuite. On remarque que les sorties sont très majoritairement orientées vers le sud.

Quel est l’endroit le plus dangereux d’une baïne ? Comment l’identifier ?

PS : On ne peut pas à proprement parler d’endroit dangereux mais plutôt de situation.

Ce qui est dangereux c’est le moment ou la cuvette est déjà bien remplie et que l’eau se dirige vers la sortie de la baïne.

Pour identifier la sortie de baïne, si vous arrivez à marée basse, c’est par là que l’eau va arriver pour remplir tranquillement la petite baignoire. À ce moment de la journée c’est une entrée de baïne, située pile entre deux langues de sable.

En revanche à marée haute, c’est par là que va sortir tout le courant de refuite.

Il n’est pas toujours évident à identifier, mais dans la plupart des cas, c’est l’endroit où il y a le moins de vagues. Car comme c’est un « trou », c’est là où il y a le plus de fond, donc plus d’eau.

Y a-t-il un moment où elle est particulièrement dangereuse ?

Il faut toujours être prudent avec les baïnes. Cependant là ou elle est la plus dangereuse c’est à mi-marée lorsque la cuvette est déjà bien remplie. C’est à ce moment-là que les courants sont les plus importants, et en plus on commence à ne plus avoir pied.

Comment doit-on réagir si on est pris dans un courant de baïne ?

Si on est pris dans un courant de baïne, la première chose à éviter c’est ce qu’on appelle le « syndrome de la serviette ». La plupart du temps, avec le courant de baïne, on va dériver en parallèle de la plage sans vraiment s’en rendre compte. Et on va fixer sa serviette et vouloir à tout prix y retourner en nageant. Or dans ces cas-là, on va nager à contre-courant ce qui est la plus mauvaise chose à faire !

Même en étant un bon nageur, vous vous fatiguerez en quelques minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *